Biographie

C'est en 1997, lors d'un voyage à Natashquan avec son père alors qu'elle n'a que 10 ans, que Stéphanie ressent un attrait particulier pour la photographie. Pendant son secondaire 5 elle s'inscrit au centre de formation professionnel Maurice Barbeau à Ste-Foy pour un cours intensif de 2 ans en photographie argentique et numérique.

Son stage de fin d'étude se concrétise par un voyage en France au cours duquel elle est amenée à côtoyer de grands noms de la photographie française, tel que: Jean-Claude Couval et Marielys Lorthios. Au cours de ce même voyage elle a l'occasion de visiter des lieux significatifs dans l'art de la photo, tel le musée Nicéphore Niepce.

Au retour de son stage, Stéphanie touche à plusieurs aspects de la photographie comme le commercial et publicitaire, la maternité et bébé naissant ainsi que la photographie scolaire. Elle est aussi technicienne de laboratoire, elle touche à la représentation et à la vente de caméra et matériel photographique. De plus elle donne des cours de photo de base à des gens désireux d'apprivoiser les nouvelles technologies numériques.

Elle a aussi réalisée son diplôme d’études collégial au Cégep André-Laurendeau en arts visuels concentration photographies et arts graphiques. Elle a eu la chance dans ce cours de confirmer sa passion pour la photographie et de parfaire le côté graphique dans son art. Elle exprime sa créativité, son sens de l’image. Son œil se raffine ce qui transparaît dans ses compositions.

Stéphanie poursuit maintenant ses études en communication marketing à L’UQAM. Le domaine publicitaire l’attire profondément et elle souhaite se spécialiser dans ce champ d’activité.

La démarche de Stéphanie a toujours été d’aborder la vie par les arts. Elle cultive son sens de l’esthétisme dès son jeune âge. Elle a développé à travers son apprentissage une bonne dose de pragmatisme ce qui fait d’elle une artiste axée sur la réussite et le travail efficace.

Expositions

Une histoire à l'eau de rose, exposition

Une histoire à l’eau de rose

En octobre 2010, Stéphanie monte sa première exposition photo. C’est à la galerie La seigneurie du Centre culturel Vanier de Châteauguay qu’elle expose ses œuvres pendant tout le mois d’octobre. Le thème «Une histoire à l’eau de rose» se veut un hommage aux femmes comme le mois d’octobre est celui de la sensibilisation au cancer du sein.

Stéphanie, à travers ses œuvres se révèle dans toute sa féminité et sa sensibilité. Elle réussit à capter l’âme de ses modèles -toutes des femmes- et la livre en photo à un public qui remarque son sens artistique et sa capacité à composer des images qui captent la profondeur des femmes mises à nu; tout en douceur et en finesse.

Stéphanie sait capter la parcelle d’éternité dans l’œil des gens et plus important encore elle sait l’exposer dans ses œuvres.

Voir l'exposition

École interruprion, exposition

Interruption

En janvier 2011, à travers un projet d'étude, elle choisi d’illustrer en photo le deuil -c'est un peu aussi le sien- suite au décès de son grand-père. Le projet ayant pour thème «Interruption» est composé de photos sobres mais empreintes d'espoir.

Dans ces occasions, tout est dans l'intention. La douleur de la perte d'un être cher, le désir de vivre et de libérer cette douleur peut s'illustrer avec respect et c'est ce qu’elle nous démontre avec ce travail.

Voilà une jeune photographe avec un avenir prometteur.

Voir l'exposition

Ô Gravité, exposition

Ô Gravité

En juin 2011, Stéphanie présente comme projet de fin de DEC ayant pour thème « l’étonnement » un travail époustouflant pour lequel elle rafle le prix «distinction du public » en plus de se voir décerner le prix technique par les juges. Elle explore différentes techniques et propose des images pour lesquelles le public s’interroge sur l’authenticité de la mise en scène.

Plus que jamais nous vivons dans un monde dédié à l’image. Il ne se passe pas 10 secondes sans que nous y soyons confrontés. L’image est devenue omniprésente tant dans la sphère intime que dans l’environnement urbain. Le monde virtuel s’étend de plus en plus. Cette profusion impressionnante d’images laisse donc apparaître de nouveaux enjeux ainsi que de nouvelles interrogations : « L’image vraie existe-t-elle encore? »

C’est la conclusion que Stéphanie souhaitait par la réalisation de ce travail, que le public s’interroge sur la véracité de ses images.

Voir l'exposition

Médias

Média 001 Média 002 Média 003 Média 004 Média 005 Média 006 Média 007 Média 008 Média 009 Média 010